C’est dans un couvent de religieuses que nos héros préférés, à savoir les samuélites, sont allés passer deux jours pour se ressourcer. Messe, lectio divina, temps de service, veillée d’adoration, anniversaire de Grégoire, rencontre avec Père Joachim… tout a été apprécié. « J’ai été marqué par la jeunesse des soeurs : 33 ans de moyenne d’âge! » s’est exclamé Donatien, et Alban de renchérir sur leur gaieté : « elles étaient joyeuses et souriantes ». Raphaël a trouvé ce week-end parfait pour approfondir ses amitiés. Baudouin a beaucoup apprécié la cohésion vécue durant le service : « Tout le monde a trouvé sa place dans le travail même si on est tous différents, avec des dons particuliers ». Grégoire a été très touché par la façon dont les soeurs lui ont fêté son anniversaire. Mais tous ont surtout été portés et changés par la veillée d’adoration le samedi soir. Et David de conclure : « j’ai regretté de ne pas rester plus longtemps ».

« Le couvent de Bergara est l’un de ces rares lieux où j’éprouve le sentiment d’être proche de Dieu. Il s’agit d’un endroit singulier pour moi, car je l’ai découvert à l’aube de ma conversion.

Le week-end dernier, c’est accompagné d’une quinzaine de collégiens et de lycéens, que j’ai retrouvé cet eldorado de la foi, le temps d’une nuit, durant deux jours, dans l’éternité d’une veillée, parmi les secondes d’une lectio divina et pendant les siècles d’une messe.
Chacune des messes à laquelle j’assiste dans ce lieu, situé en-dehors du monde et de ses bruits, ses supermarchés, ses gratte-ciels, son argent, ses médias, ses klaxons, ainsi que ses hommes qui se jugent les uns les autres, creuse un peu plus mon cœur, et l’amour de Dieu s’y engouffre, et il consume les vanités qui m’abîment.
J’affectionne particulièrement la beauté de ce lieu, qui réside dans sa sobriété ; la simplicité des sœurs, de leurs pensées, de leurs paroles et leurs gestes, qui puisent leur lumière dans la foi, une foi sincère et profonde, qui déborde, depuis la chapelle, sur les étages, le jardin et les graviers du couvent.
Durant ce séjour, j’ai vu croître et se resserrer les liens qui m’unissent à mes frères, ceux-là mêmes qui sont déjà bien avancés dans la foi et qui, malgré leur agitation perpétuelle, m’élèvent jour après jour. » Sébastien
Ora et labora

Laisser un commentaire